"Numéro 1 du web en Assurance Emprunteur"

Assurance Emprunteur Allianz

Les risques que couvre assurance de prêt

Le choix du contrat d’assurance emprunteur Allianz dépend du type d’investissement à réaliser : le niveau de couverture requis par les établissements financiers diffère selon l’affectation du prêt immobilier.
Si le prêt immobilier est utilisé pour l’achat d’un bien immobilier, la banque ou l’organisme de crédit exigera une couverture très sécurisante : le souscripteur devra alors contracter une assurance emprunteur Allianz présentant les garanties maximales en cas de décès, d’invalidité et d’arrêt de travail. Il faut noter que les particuliers qui exercent une profession libérale ou médicale ont parfois du mal à trouver un contrat proposant une couverture en cas d’incapacité professionnelle. Heureusement, les assureurs Allianz multiplient leurs offres et suggèrent des contrats personnalisés pour acquérir une plus grande part de marché. Il suffit d’utiliser un comparateur pour découvrir les propositions les plus intéressantes. Lorsque le prêt immobilier est destiné à financer un investissement locatif, l’assurance emprunteur Allianz doit inclure des garanties fiables en cas d’invalidité et de décès. Toutefois, il est fortement recommandé d’adapter les couvertures au montant des charges que le souscripteur doit payer avec les revenus locatifs. Pour être certain de prendre les bonnes décisions, n’hésitez pas à poser les bonnes questions à votre interlocuteur en demandant des exemples concrets pour mieux comprendre la portée des couvertures proposées.

N’oubliez pas de bien étudier les modalités d’indemnisation pour éviter les mauvaises surprises : -en général, en cas de décès ou d’invalidité permanente et totale, l’assureur rembourse l’intégralité des sommes restantes dues. Dans ce cas, l’assuré ou ses héritiers (en cas de décès) deviennent propriétaires légitimes du bien immobilier
-d’autres compagnies prévoient une modalité différente : les mensualités sont payées à l’établissement de crédit selon les échéances fixées dans le contrat (généralement tous les mois). Dans ce cas, l’emprunteur ne devient propriétaire de son bien qu’à la fin du délai de remboursement. Cette modalité s’applique surtout en cas d’invalidité permanente partielle (IPP) ou d’incapacité temporaire de travail (ITT).


Comparez les offres en assurance emprunteur !

Comparez les offres en assurance emprunteur en remplissant le formulaire et obtenez une proposition adaptée à votre situation. Cet outil de comparaison est gratuit et sans engagement.

Informations nécessaires à la simulation d’assurance de prêt :
- Date d’échéance du contrat d’assurance emprunteur en cours. - Montant du l’emprunt, taux, durée et type de prêt (amortissable ou in fine)
- Informations relatives au co-emprunteur si vous êtes deux à assurer le bien (merci de déterminer les quotités de chacun)

Les dispositifs Lagarde

Depuis la promulgation de la loi Lagarde en septembre 2010, le prêteur n’est plus obligé d’accepter l’assurance emprunteur proposée par l’établissement de crédit. Cette liberté de choix présente des avantages, mais peut également devenir une contrainte lorsque le souscripteur ne connait pas la portée et la limite des couvertures proposées par les assureurs. Il convient alors de bien examiner les clauses afin d’être certain de bénéficier d’une bonne couverture en cas de sinistre. Les garanties invalidité et incapacité portent parfois à confusion, c’est pour cette raison qu’il est primordial de bien les comprendre et de poser les bonnes questions à l’assureur lors de la souscription.

La garantie invalidité ou garantie invalidité permanente et absolue offre la même couverture que la garantie décès : l’assureur rembourse le capital restant dû en une seule fois et l’assuré devient propriétaire du bien immobilier. Il faut noter que l’assuré doit être dans l’impossibilité absolue et définitive de pratiquer toute activité lucrative pour bénéficier de cette couverture. Certaines compagnies d’assurance indiquent d’autres limites et refusent d’indemniser les assurés en cas d’abus d’alcool, de stupéfiants ou de substances médicamenteuses sans prescription médicale. Les assureurs peuvent aussi refuser de verser une indemnité aux personnes qui refuse de se soigner ou limiter la couverture octroyée si la personne présente une aggravation d’une invalidité partielle lors de la souscription. Contrairement à la garantie invalidité, la garantie incapacité de travail n’assure pas le remboursement du capital restant dû en une seule fois : le paiement se fera à chaque échéance tout au long de la période d’incapacité.

Cette garantie fait souvent l’objet d’un litige parce que la définition de l’incapacité temporaire de travail n’est pas toujours très claire : en effet, les termes utilisés, le montant des indemnités, les modalités d’indemnisation et les documents à fournir en cas de sinistre varient d’un contrat à l’autre. L’assureur évalue le risque de chaque souscripteur selon l’activité professionnelle pratiquée ou la capacité à exercer une activité professionnelle. Il faut noter que le remboursement cesse dès que l’assuré est capable de reprendre son travail. Les cas suivants provoquent souvent des litiges :

-la reprise partielle des activités professionnelles
-la cessation du versement des indemnités lorsque l’assuré devient totalement invalide après une incapacité de travail qui s’étale sur une longue période.